Développement construit – collège

Présentation

Le développement construit est un des exercices exigés au brevet dans l’exercice sur la restitution de connaissances. Il s’agit d’une rédaction d’une vingtaine de lignes sur un sujet vu en classe.

Ce développement construit doit être ORGANISÉ :

  • une intro
  • une idée = une partie (deux ou trois paragraphes attendus)
  • une conclusion

Des connecteurs spatio-temporels et de logique doivent être utilisés pour fluidifier votre pensée et guider le correcteur à travers votre développement construit (liste non exhaustive en pdf).

Méthodologie (en pdf)

1- Réflexion au brouillon : lister les mots, les dates, les noms propres, les villes, les définitions qui vous viennent en pensant au sujet et les regrouper par idées, rayer les idées qui ne rentrent pas avec les autres. Ici : la violence concerne le front et l’arrière : 2 colonnes et mettez sous chaque ce qu’il vous vient : ce sont vos parties).

Rédiger sans sauter de lignes ; sans tiret ; avec des phrases.

2- Une introduction rapide : le sujet est compris, on met les bornes historiques (dates) ou les définitions géographiques RAPIDES. Une petite phrase présentant vos idées principales.

3- Aller à la ligne et n’y retourner que pour une nouvelle grande idée.

4- Finir par une petite conclusion : on rappelle ce qu’on a dit dans nos parties et on tente une ouverture sur un autre chapitre de l’année (généralement le prochain chronologiquement).

Exemple de corrigé en histoire : La violence de la Première Guerre Mondiale 

La Première Guerre Mondiale se déroule de 1914 à 1918 (bornes chrono) et concerne la plupart des nations européennes et les Etats-Unis à partir de 1917. Deux types de combats caractérisent la période : la guerre de tranchées ou de position (de 1914 à 1915 puis en 1918) et la guerre de mouvement (de 1915 à 1918). (introduction rapide) Ces deux types de batailles créent de la violence au front. L’arrière, les civils non mobilisés, subissent également de la violence (présentation de mes idées)

(première idée) En effet, les soldats vivent dans des conditions difficiles. La proximité dans les tranchées entraîne un manque d’hygiène, le développement de maladies. De plus, les nouveautés en artillerie et l’utilisation de l’artillerie, des bombardements ou des gaz (lacrymogènes, moutarde) rend difficile les conditions de combat au front. 

(deuxième idée) A l’arrière, les populations civiles sont touchées. Par exemple, en Russie, la population manque de nourriture et se révolte. Cela a pour conséquence le renversement du tsar Nicolas II dans la violence. Le génocide arménien est un autre exemple de violence envers les civils : les soldats ottomans déportent des populations entières chrétiennes pour les massacrer.

(petite conclusion) Au total, la guerre tue 10 millions de personnes et en blesse 6 autres millions, appelés les « gueules cassées » en France. Le bilan et les conditions de vie justifient le terme de « guerre violente ». Cette violence transforme la société civile d’après guerre (ouverture sur l’entre deux-guerres)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *